Adieu ma concubine

霸王别姬 Adieu ma concubine

Palme d’or à Cannes en 1993, Farewell My Concubine est sans aucun doute l’un des films les plus émouvants de la culture cinématographique chinoise.

Racontant l’histoire d’amour impossible de Douzi pour son ami d’enfance Xialou, tous deux élèves de l’école de l’Opéra de Pékin, de l’amitié à l’amour, en souffrant de cette passion, le jeu de cette pièce – un classique de l’opéra chinois – s’égraine sur fond de Révolution culturelle.

Son réalisateur Chen Kaige, ayant lui-même rejoint les Gardes Rouges à cette époque, tente ici d’exorciser sa propre souffrance d’avoir délibérément dénoncé son père : « J’étais déchiré, comment pouvais-je manifester de l’amour à mes parents et, en même temps, être au service du peuple ? »

On y retrouve la merveilleuse actrice Gong Li, Zhang Fengyi et surtout le sublime Leslie Cheung.

Originaire de Hong-Kong, Leslie Cheung reste un acteur emblématique du cinéma asiatique ainsi qu’une popstar reconnue.

Ayant tenté de préserver son homosexualité et souffrant de dépression, il se suicide le 1er Avril 2003, telle une dernière farce au destin, en sautant du 24ème étage de l’hôtel Mandarin Oriental de Hong-Kong.

Farewell my concubine…